Voyage d’études en Haïti été 2012

Les objectifs de ce séjour (27 juillet- 17 août) étaient de rencontrer les partenaires connus et potentiels et de faire découvrir Haïti à des adhérents.

Les rencontres (dans l’ordre chronologique) :

Port-au-Prince

  • Joanesson LACOUR (accueil à l’aéroport) enseignant et chercheur universitaire, membre du CEFREPADE*qui travaille sur un centre de valorisation des déchets à Cité Soleil, et Evens EMMANUEL, professeur et responsable pour l’AUF* des formations doctorales pour Haïti.
  • M. Didier LE BRET, ambassadeur de France en Haïti (à sa demande – résultats en cours de finalisation).

Vallue

APV (Association des Paysans de Vallue), principal partenaire avec lequel nous sommes plusieurs à avoir travaillé depuis 4 ans. Nous sommes restés 3 jours au début avec la présence des salariées du Collectif Haïti, puis revenus 2 jours à la fin du séjour pour finaliser la convention de partenariat sur les projets en cours.

L’APV nous a pris en charge pour plusieurs de nos déplacements et nous a accordé une remise sur le prix de l’hébergement (20 €/nuitée).

On a fait le point sur : – le soutien à l’Ecole et au centre de santé (remise des fonds collectés- lettre adressée à l’association Jean Garreau) – la mise en place de la laiterie et sur le dédouanement du matériel –  l’installation du matériel d’informatique et l’accès à l’Internet (financement  de la boutique informatique-télécentre, trouvé par le biais du CHF) – le financement important demandé à CARITAS (600 000€) pour des infrastructures (eau, atelier confitures Topla, bâtiment de la laiterie, amélioration

de la route sur 1, 5 km).

La principale demande de l’APV à LHP pour 2012 résulte du Congrès de la montagne et concerne la mise en place de citernes familiales. LHP verra  avec le « Fonds Eau » du Grand Lyon quand l’APV nous aura donné le projet et les éléments chiffrés.

 La Foire de la montagne aura lieu à Vallue du 6 au 9 décembre 2012 et l’APV souhaite la présence de membres de LHP.

Jacmel

  • Anne MOLINA  et Jean R. LUNDI dit Rock, de l’Association FONDEL de Jacmel avec laquelle Magali ROUGY, membre de LHP, a coopéré pendant son séjour de 6 mois dans cette ville. Visite du centre de professionnalisation  de Cap Rouge (cuisine, couture et artisanat).

Belle-Anse – Mapou

  • Jean-Ronel SISTANIS, vice-président de LHP, animateur de l’Association Haïti-COROS, qui soutient l’Ecole Communautaire des Frères de Mapou, accueillant les enfants orphelins suite aux inondations de 2004 (entre 3 000 et 5 000 morts). Visite des écoles et du village reconstruit en parties par les délégations de la Croix Rouge de plusieurs pays.

Port-au-Prince et Verrettes

  • Dr Ostène JEAN, coordonnateur de l’association Enfants Soleil à Port-au-Prince et Jean Claude TRANCHANT qui sera notre conducteur pendant plusieurs jours.
  • A Verrettes, logement et accueil par Mme Wista CEFRERE qui nous hébergera et nous fera rencontrer pendant 2 jours les différents acteurs locaux (Mme SCHILLER brodeuse, soutenue par les Amis des Ateliers de Verrettes, laiterie Let AGOGO (Auguste OBNES),atelier ATF (Mona et André CLEOPHAT), pisciculture et poulailler à l’école Dumarsais Estimé, orphelinat  « Les Cœurs Joyeux (Clémence…Ti chans pou Ayiti), l’ADAV (Assoc. Développement Agriculture de Verrettes), visite des champs loués par Enfants Soleil (4 hectares) avec une dizaine de familles sur les 27 membres.
  • Nous avons rencontré le Père Monfort, correspondant de Lucie CICERON (association AMIH de Villefranche/Saône) pour la remise du colis destiné à son père.

Port-au Prince

  •  Représentants de la Fondation Mérieux Haïti rencontrés dans le Parc de la Canne àsucre à Tabarre : François Xavier BABIN, directeur scientifique, Marc Ghislain ANTONI(Volontaire Intern.Entreprise) : possibilités de partenariats sur l’analyse biologique des eaux et sur les déchets plastiques. Mise en relation avec le centre Geskio (Dr PAPE)
  • Geneviève CADET  (Clinique Dentaire de la Fondation Max Cadet) à Canapé Vert. La clinique est remarquable par son organisation (150 personnes soignées/jour à 0,60 € la consultation) et son efficacité.
    • Louis Beethoven MONROSE, responsable du local informatique du bureau de l’AUF et Justine MARTIN Coordonnatrice de Projets. Soutien informatique et suivi possible du projet informatique de Vallue.
  • Anne LAFALAISE (AVSF*) pour le suivi du projet ANATRAF financé par la fondation de France et géré par le CADR* : échange rapide sur la situation des ateliers que nous avons visités.
  • Gotson PIERRE (Groupe Médialternatif) signature convention pour le CHF,  Camille CHALMERS (coordonnateur de la PAPDA*, et Yolette (OXFAM) – repas avec plusieurs personnes et échanges sur de multiples sujets (le prix du riz, le remplacement  de certains ministres, les luttes des femmes…).
  • Carl Auguste BOISSON, directeur de E-Power, usine fournissant de l’électricité : il est le frère de Daniel, membre de LHP. Nous avons réfléchi sur la possibilité de fabriquer en Haïti de la vaisselle biodégradable à partir de la bagasse (déchets de canne à sucre) et sur la perspective de mobiliser de nombreux volontaires,  jeunes et retraités, pour soutenir l’effort d’éducation.

Merci à tous nos hôtes qui nous ont reçus chez eux avec beaucoup d’amitié et de simplicité.

Philippe et Marjorie  MATHIEU (lui, ex ministre Agriculture, directeur de Agroconsult, elle, professeur de  psychologie à la Faculté des Sciences Humaines de PauP et travaillant avec Daniel DERIVOIS sur le projet RECREAVIH (Université Lyon 2).

Torbeck – Les Cayes

Accueil par la famille DORIVAL à la demande de Dominique DOMERCANT, membre de LHP – Marie-Claude DORIVAL est Mairesse de TORBECK et présidente de l’Union des Femmes pour le Développement de Monvil (UFPDM-270 adhérents dont 250 femmes).  M. Gaston DORIVAL est directeur d’Ecole en retraite. Leur fille Nadège est spécialiste en biologie marine et travaille avec M. Ernst LEBLANC qui anime AQUASOL Services, bureau d’études pour les projets de développement dans le domaine de la pêche. Albert SEPTEMBRE, le fils d’Abner, nous accompagne pendant 4 jours.

Réunion d’échanges, également avec Bruno DESTINE et Félix Jean ETIENNE, responsables de 2 associations de jeunes faisant partie de l’UFPDM, pour déterminer leurs priorités : 1-l’entretien de la route en terre de 5 kms, 2 -l’accès à l’électricité sur 2 transversales à la route, 3- une école professionnelle avec 2 ou 3 spécialités techniques, 4- une laiterie pour le traitement du lait de 500 vaches.

Nous avons convenu d’appuyer leurs démarches.

  •  Contacts téléphoniques avec : Thierry GARDERE (Rhum Barbancourt), Thierry et Patrick ATTIE (EPIDOR et  ESIH*), Rosenthal DUVELSAINT (GRIAC  à Verrettes), René JEAN JUMEAU (Ministre de l’Energie).

Partie festive

Les bains de mer, les ballades sur les mornes et dans les champs (rizières de l’Artibonite et de la plaine des Cayes, jardin agro-écologique Nan Zamor de Vallue…), les dégustations de jus de fruits locaux (chadèques, corrosols, grenadia-fruits de la passion, citrons, oranges,… ) et de  la bière PRESTIGE « La meilleure du monde » à condition qu’elle soit bien fraîche, les repas à

l’hôtel Oloffson, à Jacmel avec un jeune chef cuisinier haïtien travaillant à Montréal, à Vallue, sur la plage de Port-Salut sous la pluie, au restaurant Xaragua (Côte des Arcadins)… ont été des moments sympas. Les transports  ont été très variés et parfois difficiles sur les motos, sur des pistes caillouteuses, mais on a pris aussi des transports en commun assez confortables et climatisés, où les rencontres et conversations sont faciles – connaissance directe des conditions de vie et des préoccupations des Haïtiens.                    

Réflexions

1)      Nous avons rencontré, surtout en dehors de Port au Prince, des personnes qui s’investissent dans le développement de leur communauté. Si les conditions de vie et de revenus sont assez différentes d’une région à une autre (plaines rizicoles plus riches, « mornes » déboisées et arides), il existe en province, « Le pays en dehors », une dynamique certaine. Les gens vivent modestement, mais dignement et avec une certaine joie (c’était de plus la période des fêtes patronales).

Fête à l’APV pour les 10 ans de la Radio communautaire.

Les principales difficultés de vie : l’eau et surtout l’eau potable, l’électricité (comment organiser

des activités avec 2 ou 3 heures de courant électrique  par jour?), les transports dans les

« mornes », à la fois pour les personnes (notamment si problème de santé) et pour les marchandises et les productions agricoles qui subissent

d’importantes pertes avant d’arriver en ville. Nous nous devons voir comment prendre en compte ces difficultés dans nos projets. Ce qui marche très bien : le

téléphone portable, à des prix très abordables et les motos-taxis qui permettent aux jeunes de gagner un peu d’argent.

2)      A Port-au-Prince (presque 3 millions d’habitants) la vie est difficile : de nombreux camps de déplacés existent encore et les constructions sommaires et « anarchiques » montent très haut sur les collines ; la circulation automobile est tr

ès perturbée, même en période de vacances : ce sont les « blocus » qui semblent une fatalité acceptée;  l’hygiène n’est pas maitrisée et les « fatras » (déchets) sont omniprésents à tous les carrefours ;  dans certaines zones, les fruits et légumes sont proposés à même le sol où coulent des effluents liquides, plus le bruit et la poussière !

Mais « quand le bâtiment va tout va »… il faut donc garder espoir car il y a des constructions neuves partout, donc une activité économique certaine. Aidons les familles rurales à ne pas venir s’entasser dans les quartiers périphériques des grandes villes et à rester en province dans les campagnes, en leur fournissant des possibilités  de travail et de revenus. Aidons aussi à mettre en place des constructions aux normes antisismiques.

3)      Au sein de chaque association, du réseau Rhône Alpes pour Haïti et du Collectif Haïti de France, nous devons réfléchir à plusieurs questions que nous nous posons à la suite de ce séjour :

  •  le parrainage individuel des enfants est contraire à notre éthique et ne donne pas satisfaction sur le terrain. L’argent distribué individuellement aide peu au fonctionnement de l’école ! Le soutien aux écoles  (80% des associations du Collectif interviennent dans ce domaine) doit s’accompagner de la mise en place d’activités économiques qui permettent aux familles de subvenir aux frais de scolarité des enfants : les activités agricoles  sont à privilégier : jardins et champs communautaires (27 familles à Verrettes), ateliers de transformation des productions, ateliers de confitures, laiteries, …), poulaillers,  bassins de pisciculture, artisanats divers…
  • Quelle place pour l’informatique dans la vie des gens et dans les centres de formation ? Les jeunes sont de plus en plus demandeurs. Le soutien aux enseignants et l’accès à la Connaissance pour tous  seront grandement facilités. « Lyon Haïti-Partenariats » soutient  l’installation d’un télé-centre à Vallue intitulé ETIM (Entreprise de Technologie Intégrée pour la Montagne).

 

Cécile CLAME,  Paul et Maguy VERMANDE

*****************

CEFREPADE : Centre Francophone de Recherche Partenariale pour l’Assainissement, les Déchets et l’Environnement.
AUF : Agence Universitaire de la Francophonie
AVSF : Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières
PAPDA : Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour le Développement
GEDEAH : Gestion Décentralisée des Déchets et de l’Assainissement en Haïti
RECREHAVI : Résilience et Processus Créateur chez les Enfants et les Adolescents Haïtiens Victimes de Catastrophes Naturelles
ESIH : Ecole Supérieure d’Infotronique d’Haïti

._

Comments are closed.