CONTRIBUER AU DÉVELOPPEMENT D’ HAÏTI

CONTRIBUER AU DÉVELOPPEMENT D’ HAÏTI INTERFACE

Cet article de Paul Vermande  vient d’être publié dans le n° 116 de la revue Interface de l’Association des Ingénieurs et Diplômés INSA Lyon. Cette association a aimablement donné son autorisation pour le reproduire sur le site de Lyon-Haïti Partenariats, nous lui adressons tous nos remerciements..

DEMARCHE SOLIDAIRE  MAIS AUSSI  SCIENTIFIQUE et TECHNOLOGIQUE

interface_1

Rencontre des femmes, camp de Tabarre Issa,  2010

interface_2

Atelier de confitures TOPLA, Vallue

,

,

,

,

,

J’ai signé deux articles dans INTERFACE N° 109 et 111et je suis sollicité pour en écrire un autre. Pourquoi?  Je me sens très proche de ce pays francophone où j’ai travaillé pendant 6 ans.

–          le peuple haïtien nous a accueilli avec une gentillesse peu commune ; de plus  il manifeste une créativité « extra-ordinaire » que nous avons découvert à travers la peinture, les sculptures, la musique,  la littérature et même l’informatique

–           Depuis notre retour en 2001 et notre engagement dans le secteur associatif,Maguy dans l’association «  Lyon Haïti Partenariats » et moi au sein du Collectif Haïti de France, dont je suis le président national, nous avons constaté que le cas  d’Haïti rassemble presque toutes les questions liées au développement et à la lutte contre la pauvreté. Les aides d’urgence sont   nécessaires après un séisme ou des cyclones, mais elles sont insuffisantes pour permettre  le développement.

–          N’oublions pas  aussi que Haïti  a 4 siècles d’histoire commune avec la France et que aujourd’hui comme hier,ce pays est un enjeu géo-stratégique politique pour les Caraïbes(les USA l’ont bien compris), un enjeu pour l’avenir de la francophonie dans cette région et sans doute pour l’équilibre du monde : peut-on laisser un peuple dans un tel état de dénuement, après l’avoir soumis par l’esclavage, l’avoir ruiné par le versement d’une « dette d’indépendance », et l’avoir ponctionné aujourd’hui encore, en favorisant le départ de 85 % de ces cadres, vers le Canada et les USA ?

COMMENT SE MOBILISER POUR SON DÉVELOPPEMENT?

                Notre démarche associative ne pourra pas amener les investissements lourds dont le pays a besoin, alors nous agissons dans plusieurs directions :

–          Nous diffusons de l’information aussi bien en France qu’en Haïti en partenariat avec une agence de presse haïtienne. , Alterpresse, et avec la  Fondation Culture et Liberté (FOKAL)

–          Nous sommes attentifs à la défense des droits humains ; ça commence par l’accès à l’état civil : 1 million d’haïtiens  en Haïti et en République Dominicaine n’ont pas été inscrit à la naissance et n’ont donc pas d’identité ce qui constitue un handicap énorme. Les autres droits fondamentaux : droits de se nourrir (travail sur la souveraineté alimentaire avec les associations paysannes), droit à l’éducation (soutien aux écoles et aux enseignants), droit à la santé .il ne peut y avoir de développement sans respect des droits.

–          La  principale démarche est actuellement de mettre l’accent sur la réalisation de projets économiques  en partenariat avec les associations haïtiennes plutôt que d’envoyer des dons. Ceux -ci apportent certes un soulagement immédiat, mais ne résolvent rien à long terme pour le développement économique et l’autonomie des populations.

Le ministre du Développement, Pascal CANFIN, disait récemment que « ce sont les petites associations de bases  qui sont les grands acteurs du développement local ». Nous sommes en communication constante avec la société civile dans les villages et les quartiers et nous disons que nous sommes le 4ème pilier du soutien au Développement, les 3 autres étant les grands organismes internationaux  multilatéraux, les états et les ONG.

Les acteurs de la solidarité avec  Haïti sur la Région Lyonnaise

La liste qui suit est valable pour la région lyonnaise, mais plusieurs autres régions se sont organisées et développent des actions similaires à Toulouse, Rennes, Lille, Marseille, Nantes, Poitiers  et Paris pour ne citer que les principales. Le Collectif Haïti de France regroupe  plus de 80 associations et 150 adhérents individuels. Les soutiens à Haïti sont nombreux mais dispersés, nous assurons le début de la mutualisation.

1)      Une dizaine d’associations sont regroupées dans leRéseau Rhône Alpes pour Haïti (RRAH)  au sein du  CADR (Collectif des Associations de Développement  en Rhône Alpes). Elles organisent fréquemment des évènements : au cours de l’année 2010, année du séisme, ce sont une centaine de conférences,  séances de cinéma,  pièces de théâtre,  débats,  expositions, soirées de solidarité  qui ont eu lieu dans la région. Les financements recueillis ont servi à soutenir la reconstruction des écoles, l’achats de semences, la confection ou réparation des citernes, …

interface_3

Camp d’informatique, Vallue, août 2011

interface_4

Construction d’une nouvelle école, Vallue, mars 2013

,

,

,

,

,

2)       Plusieurs grandes ONG ou Fondations travaillant en Haïti, ont leur siège ou de fortes délégations à Lyon.

AVSF (Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières)soutient le monde rural (65% de la population haïtienne) avec toutes ses productions traditionnelles et particulièrement les filières café, cacao, lait,.. cette dernière  en partenariat avec VETERIMED, ONG Haïtienne,  sur 2 programmes  LET AGOGO  ( « lait à profusion » dans une vingtaine de petites laiteries)  et ManmanBèf (programme d’achat de vaches qui sont  remises à  des familles haïtiennes  pour une durée de  4 ans). Nous suivons de près ces programmes. Le CADR  est porteur avec AVSF d’un  gros projet financé à 80% par la Fondation de France et par la Région RA  pour la réhabilitation d’un réseau de 50 unités de transformation de fruits (production de confitures, fruits séchés, liqueurs,…).

Handicap International, dont le siège est à Lyon, est  présent en Haïti depuis  10 ans. Cette ONG  emploie  actuellement  environ 100 personnes en Haïti pour les soins et  la ré-éducation de plus de 5 000 handicapés.

La Croix Rouge Internationale est présente en Haïti depuis plus de 50 ans par le biais de CARE-Haïti avec de multiples interventions : aides d’urgences, abris provisoires et habitat, choléra et sécurité alimentaire… La délégation départementale du Rhône adhère à l’Association LYON HAITI-Partenariats.

La Fondation Mérieux a une représentation permanente en Haïti pour suivre toutes les maladies infectieuses (tuberculose, VIH,..) : soutien aux structures et laboratoires de santé, micro- crédit aux familles des malades, soutien mère-enfants et dépistage-diagnostique.

Le CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement) suit 5 projets dans des villages haïtiens ; c’est le siège de Paris qui assure l’animation et le suivi. Idem pour Médecins du Monde.

 Le SCD (Service de Coopération pour le Développement) dont le siège est à La Mulatière envoie des volontaires, souvent jeunes diplômés, pour une durée de 1 ou 2 ans. Ils sont 15 actuellement en Haïti.

3)      Quelques exemples de  petites entreprises ou de bureaux d’études avec lesquels nous sommes en relation :

  • L’entreprise COQUARD  a expédié  en mars 2012 , à la demande de 2 clubs Rotary (Villefranche et Belleville en Beaujolais) le matériel inox pour la mise en place d’une  laiterie (200l/jour) dans le village de Vallue, situé à 65 kms de Port-au-Prince.
  • GIRUS dans le domaine de l’environnement, de l’accès à l’Eau et du traitement des déchets urbains.
  • Le RONGEAD (Réseau des ONG pour le Développement Rural)  travaille avec le CEFREPADE, hébergé à l’INSA,pour la valorisation des déchets d’anacardes (noix de cajou).
  • La Fondation de la Société SOGELINK, créée suite au séisme, nous a demandé de participer à son conseil d’administration pour sélectionner des projets humanitaires.

4)      Les établissements d’Enseignement Supérieur accueillent des étudiants  et des chercheurs haïtiens :

  • –  ce sont les 3 grandes universités de l’Etat et les écoles d’ingénieurs (notamment INSA et ENTPE) :
  • – Le CIEDEL à l’université catholique. ( 5 étudiants présents cette année)
  • IFRAMONDE (Université Lyon 3)
  • – l’ENS qui participe avec plusieurs pays dont Haïti à un programme de recherches au sein de la francophonie. L’ENS a accueilli le Réseau Rhône-Alpes pour Haïti en janvier et février 2012 pour l’exposition « Haïti 500 ans d’Histoire » (2 000 visiteurs), et a  permis la tenue de 3 conférences .

5)      Deux actions de Recherche importantes sont menées sur des sujets concernant Haïti et financées par l’Agence Nationale de la Recherche                  ( programme ANR-Flash Haïti )

 – GEDEAH ( Gestion Décentralisée des déchets et développement de filières Agricoles en Haïti ).  Contrat d’environ 250 000 € sur 3 années au Laboratoire de Génie Civil et d’Ingénierie Environnementale (LGCIE) de  l’INSA , en partenariat avec le Centre Francophone de Recherche Partenariale pour l’Assainissement, les Déchets et l’Environnement (CEFREPADE), le GRET (Groupe de Recherche et d’Echange Technologique) et l’Université Quisqueya (Haïti).

RECREAHVI (Résilience et Processus Créateur chez les enfants et adolescents haïtiens victimes de catastrophes naturelles) Projet de l’Université Lyon 2 dirigé par Daniel Derivois, maître de conférences en psychologie, d’origine haïtienne, en partenariat avec  la faculté des Sciences Humaines de l’Université d’Etat d’Haïti et l’association Philosoph’Art. Montant du contrat du même ordre de grandeur.

6)      Des enseignants  du Supérieur, au sein de Universitaires Sans Frontières (USF-AWB),  se mobilisent pour donner des cours et mettre en place des formations  spécialisées. Ils interviennent avec des retraités du GREF (Groupement d’Enseignants  Retraités et Éducateurs sans Frontières) notamment pour la formation des enseignants haïtiens.

7)      L’association Lyon-Haïti Partenariats, (104 adhérents) créée en octobre 2011, développe un Partenariat avec l’Association des Paysans de Vallue (APV) :

  • Co-financement d’un Centre informatique,

    interface_5

    Réservoir d’eau potable, Vallue, mars 2013

  • Co-financement du fonctionnement de l’école et du Centre de Santé,
  • Suivi des ateliers (transformation de fruits, laiterie).
  • Projet déposé auprès de la Fondation SOGELINK  en vue d’améliorer l’accès à l’eau en plusieurs points du village.

De plus elle accueille et soutient les étudiants et chercheurs haïtiens présents à Lyon notamment pour la recherche de stages. Ils adhèrent à l’association.

Deux laboratoires de l’INSA et de l’ENTPE ont formé ces dernières années 7 docteurs haïtiens, notamment dans le cadre d’une convention INSA-Université Quisqueya. Le Pr Evens EMMANUEL premier docteur formé (2003), est actuellement coordonnateur des formations doctorales en Haïti pour l’AUF. De plus  le CEFREPADE  et le LGCIE interviennent dans le traitement des déchets urbains et agricoles en vue de leur  valorisation. Deux séminaires sont prévus en juillet  2013 . Le prix  J.C. Fernandes, du nom de ce chercheur de l’INSA mort pendant le séisme, sera attribué à cette occasion. Un autre article spécifique est prévu pour un prochain numéro d’INTERFACE.

CONCLUSION

 On constate qu’il existe déjà beaucoup d’actions dans la région en soutien à Haïti et il ne manque que la vôtre.

Le monde actuel a besoin de solidarités actives pour retrouver un équilibre. Prenez contact avec « Lyon Haïti Partenariats » qui essaye de mutualiser toutes ces démarches.

Paul Vermande, INSA 1ère promotion

DSCF1246

Camp de Tabarre Issa : des tentes mais pas d’arbres, ni végétation.

Comments are closed.