« HAÏTI : entre PASSION et OBSTINATION »

Conférence de M. et P. Vermande, de Lyon-Haïti Partenariats – 1er juin 2015 Semaine de l’Amérique Latine et des Caraïbes –MALRA et Mairie Lyon 6e

 

P. Vermande

 

Bonjour à tous,

Pourquoi notre PASSION pour Haïti ?

 

  • Nous avons vécu 6 ans dans ce pays au milieu d’un peuple accueillant,  travailleur, courageux, résilient et très créatif. Maguy psychologue au Lycée français de PauP, et moi, directeur du Bureau Caraïbe de l’AUF avec une dizaine de collaborateurs.
  • · Nous avons découvert l’Histoire de ce pays, histoire qui a été commune avec celle de la France pendant 4 siècles et ce serait bien que cela continue, mais d’uneautre façon.

 

Quelle Histoire ?

 

C’est le peuple haïtien qui a étendu à l’ensemble du monde, les droits de l’Homme qui avaient été élaborés par les révolutionnaires français en 1789 ; ces droits qui s’appliquaient aux blancs et européens, n’avaient pas été prévus pour les hommes et femmes de couleur, dont une grande partie d’entre eux étaient encore des Esclaves.

Et pourtant « tous les Hommes naissent libres et égaux ». Mais certains hauts personnages du  18ème siècle doutaient que les esclaves aient une âme (voir la Controverse de Valladolid).

Le peuple haïtien a obtenu l’abolition de l’esclavage en 1793 grâce à l’attention bienveillante de M. SONTHONAX, gouverneur de “la Partie française de St Domingue”, l’actuelle Haïti.

  • Mais Bonaparte ne l’entendait pas ainsi : d’une part il a rétabli l’esclavage en Guadeloupe et en Martinique, et d’autre part envoyé un corps expéditionnaire de 35 000 soldats dans cette « partie française de St Domingue » pour mater ces noirs. Ils avaient à leur tête un homme extraordinaire, Toussaint LOUVERTURE. Celui-ci avait écrit une constitution pour l’ensemble de l’Ile qu’il avait entièrement reconquise et pacifiée. Bonaparte l’a fait arrêter et déporter au Fort de Joux où il est mort après 9 mois de captivité. Ses successeurs, Dessalines et Christophe, ont combattu et vaincu cette armée parmi les plus puissantes du monde de l’époque… ce que le futur Napoléon a exigé de cacher à tous !

 

La guerre fut très meurtrière : 100 000 morts du côté des noirs, mais presque tous les grognards de Bonaparte moururent. L’indépendance fut proclamée le 1er Janvier 1804, mais n’a été reconnue par la France (Charles X) que 21 ans plus tard, à condition que la jeune république noire indemnise les colons esclavagistes qui étaient partis sans leurs biens.

Les hommes politiques haïtiens ont accepté, mais ce sont les paysans haïtiens qui ont travaillé dur en produisant café, cacao, sucre… pour payer une somme équivalente au budget de la France de l’époque ; il faudra plus d’un siècle pour l’apurer et le reliquat de cette « dette » sera revendue aux USA qui occuperont le Pays de 1915 à 1934 pour se rembourser complètement.

 

  • Aujourd’hui, comment rester insensibles au destin de ce peuple démuni et surtout de ceux qui vivent dans le monde rural ? Comment construire le développement sans écoles, sans routes, sans dispensaires de santé… sans les 3millions d’Haïtiens formés qui sont partis à l’étranger ? Pour nous, pouvons-nousfermer les yeux sur ce que nos ancêtres colonialistes et spéculateurs ont fait ? La “dette d’indépendance” est un sujet très sensible en Haïti, comme l’ont montré les propos de Françaois Hollande lors de son récent voyage.

 

Revenons à la PASSION, définie comme “émotion puissante et continue de l’être vers ce qu’il désire ». En effet, nous désirons ardemment que ce peuple puisse avoir le développement social et économique correspondant à sa culture et à ses capacités, sans que les nations occidentales lui dictent des ordres néolibéraux (p.e. l’abaissement des droits de douane qui ruinent les paysans – la création de zones franches qui exploitent les employés en les payant 3 ou 4 dollars par jour). Avec l’histoire d’Haïti, je ne pourrais pas vous dire à quelle station on en est sur les 14 du “Chemin de croix” !

PASSION aussi pour la créativité de ce peuple : les Haïtiens excellent dans la peinture, la sculpture la musique, la littérature, l’informatique… Tous ces moyens d’expression vont être des possibilités pour que notre OBSTINATION puisse se manifester concrètement.

 

M. Vermande

  • En effet, parallèlement à l’Histoire de ce pays, EXTRA-ORDINAIRE à plus d’un titre, c’est sa CREATIVITE qui nous a subjugués : pour les artistes haïtiens, la beauté est plus forte que la misère, l’art leur permet d’exprimer la souffrance et de la sublimer ! Lors de notre séjour en Haïti, nous avons rencontré de grands artistes, peintres, écrivains, musiciens, entre autres Frankétienne, Georges Castera, Barbara Prézeau-Stephenson, Tiga, Yannick Lahens, Dany Laferrière, la chanteuse lyrique Eliane Saint-Victor…Tous nous ont donné le goût de leur culture, de ce pays profond qui puise ses racines dans le métissage entre trois continents :  ‘Afrique, l’Europe et l’Amérique ! Mais nous avons aussi côtoyé la pauvreté et la misère anonyme, les décharges à ciel ouvert, la pollution due aux véhicules usés jusqu’à la corde, les enfants « restavek », en bref, l’envers de la médaille d’une île aux plages et aux hôtels paradisiaques !

 

  • Notre OBSTINATION découle aussi de celle de nos partenaires et amis haïtiens ; certains sont des universitaires, d’autres sont au sein de l’Association des Paysans de Vallue (l’APV) qui, en 28 ans d’existence a réussi à construire 13 kms de route, à mettre en place un atelier de confitures, une radio communautaire qui émet à 50 kms à la ronde, plusieurs écoles et à obtenir que l’électricité arrive au centre du village durant l’été 2014.

 

  • Depuis notre retour en France en 2001, nous nous obstinons à faire connaître ce peuple, qui vit actuellement les conséquences des erreurs passées, doublées des caprices de la nature également obstinée à le malmener par des cyclones et des séismes !

 

  • Mais après le constat, l’ACTION ! La rencontre à Lyon de notre ami haïtien Yvon Faustin, originaire de Vallue, village de montagne résistant et résilient, nous a conduits à y séjourner à de nombreuses reprises après le séisme de janvier 2010. Nous y avons fait la connaissance de l’APV qui assure, le plus démocratiquement possible, le rôle d’une mairie, mais sans moyens financiers de l’Etat.

 

Nous avons d’abord animé des camps d’été pour les jeunes puis, à leur demande, créé un petit centre informatique, et surtout trouvé les fonds pour l’équipement d’une mini-laiterie. En 2012, notre nouvelle association LHP a signé avec l’APV une convention de partenariat pour contribuer au développement durable de cette zone rurale, en soutenant l’éducation des jeunes, en participant à la création d’emplois, pour que ses habitants parviennent à une plus grande autonomie économique et à une meilleure souveraineté alimentaire. Nous faisons partager notre attachement à nos amis qui vont visiter Vallue, à de jeunes étudiants du lycée Sandar de Limonest qui y font des stages, ainsi qu’aux autres jeunes que nous rencontrons au cours de séances d’Education à la Solidarité Internationale et au Développement Durable.

 

OBSTINATION, oui, car les obstacles sont nombreux dans un pays où l’eau et l’énergie sont rares, où manquent les techniciens bien formés, où les zones rurales souffrent d’isolement… Aujourd’hui à Vallue, une nouvelle école est reconstruite, deux TNI (Tableaux Numériques Interactifs) y ont été installés par l’association Haïti Futur, la mini-laiterie a livré ses premiers yaourts et fromages… Tous signes d’espoir, mais la route encore longue exige que l’on garde l’OBSTINATION des premiers jours, sans se décourager !

 

  • Afin de recueillir des fonds pour contribuer aux projets de développement durable en Haïti, nous organisons sur Lyon et sa région des manifestations destinées à faire connaître l’histoire (par exemple, l’Exposition « Haïti, 500 ans d’histoire » avec plus de 2 000 visiteurs à l’ENS en 2012). Manifestations valorisant la créativité des Haïtiens, au cours desquelles nous proposons des objets d’art haïtien (tableaux et sculptures) et d’excellents produits (café, chocolat, rhum, noix de cajou…), produits distribués en France par un organisme du Commerce Equitable. Nos plus récentes manifestations ont eu lieu en mars dernier : une conférence à l’ENS de Lyon sur la Francophonie et le bilinguisme en Haïti, et une après-midi informative et festive à la Croix-Rousse « Un dimanche en Haïti », qui ont réuni quelque 200 participants.

 

  • Nous organisons aussi avec le CEVIED et des partenaires haïtiens, des voyagesde tourisme solidaire, pour rencontrer des populations villageoises et divers responsables, pour faire connaître la beauté des paysages de ce pays montagneux qui dispose aussi de 1500 kms de côtes. Le troisième voyage est prévu en février 2016.

 

  • La conférence de ce jour est un bel exemple d’ouverture et nous remercions la Maison de l’Amérique Latine et la Mairie du 6e de nous donner cette occasion de parler de ce petit pays et de ce grand peuple d’Haïti.

 

  • Que la PASSION et l’OBSTINATION continuent à nous animer et qu’elles soient de plus en plus communicatives ! Nous vous remercions pour votre attention.

Comments are closed.