Uncategorized

Nos vœux solidaires pour 2017

Lyon-Haïti Partenariats vous présente ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Qu’elle nous permette de rester solidaires entre générations, entre femmes et hommes, entre pays et peuples, au service d’une plus grande justice -économique et climatique- dans une recherche constante de liens plus étroits entre Lyon et Haïti !

L’équipe des bénévoles de LHP.

  • 2016-09-24_avenir-lhp_anse-6-2

 

Haïti: entre mer et montagne, allez-y !

L’été est presque là et avec lui nos envies d’évasion et de soleil. Haïti nous appelle, Haïti nous invite à profiter des ses merveilles entre mer et montagne. Didier Régnier nous en parle avec passion, je dirais même avec obstination … et il a mille fois raison ! Visionnez les deux petits reportages suivants et surtout … allez-y ! Vos vacances de rêve laisseront aussi quelques devises à ce peuple qui en a bien besoin pour remonter la pente après tant de catastrophes naturelles et humaines !

Jour tranquille en Haïti

Au nord: vivre libres ou mourir !

 

LHP au Forum 6e Continent

LHP tiendra un stand le samedi 4 juin de 16 h à 20 h au Parc de Gerland :

Vous y trouverez de l’information sur Haïti et sur notre programme culturel,

Ainsi que des Animations pour les enfants (dessin, puzzles, contes en créole….).

Vous et vos amis serez les bienvenus !

Renseignements : 06 64 19 72 01

Pour plus de détails

 

La bande à pied Follow Jah de Pétion-Ville à Lyon

 

La bande “rara” ou bande à pied Follow Jah de Pétion-Ville, en tournée en Europe, participait, samedi 21 mai 2016 à partir de 19 heures, au Musée des Confluences, à Lyon, à l’animation de “La Nuit des Musées 2016”. Et quelle animation ! Follow Jah nous a entrainés à sa suite sur le pont Raymond Barre au son des “vaksines”, cornets, tambours et autres percussions, dans un défilé dansant sur des rythmes d’inspiration vaudou. De nombreux adhérents et amis de Lyon-Haïti Partenariats ont pris part à ce défilé typique des villes et campagnes d’Haïti à l’approche de la semaine sainte et de Pâques.

En voici un aperçu :

Et quelques photos:

  • WP_20160521_19_44_31_Pro

    WP_20160521_19_44_30_Pro
    WP_20160521_19_34_02_Pro
  • WP_20160521_19_33_51_Pro
    WP_20160521_19_33_47_Pro
    WP_20160521_19_33_11_Pro
  • WP_20160521_19_33_09_Pro
    WP_20160521_19_33_05_Pro
    P1040775

D’autres photos et vidéos sur notre page Facebook !

Lettres des élèves de l’Ecole Communautaire Gérard Baptiste de Vallue

A l’occasion de l’Ecotour Solidaire de février 2016 organisé par LHP et le RENAPROTS, une rencontre entre les “écotouristes” et les professeurs de l’Ecole Communautaire Gérard Baptiste de Vallue (ECGBV) s’est tenue le 17 février 2016. Lors de cette rencontre, 20 lettres d’élèves du secondaire ont été transmises à la Présidente de LHP. Nous reproduisons ci-dessous quelques extraits de ces lettres qui révèlent la soif d’apprendre et de réussir des élèves, ainsi que la réponse de la Présidente de LHP et un document synthétique décrivant le programme de parrainage des écoles par LHP.

Extrait des lettres des élèves

Réponde de LHP aux élèves de l’ECGBV

Informations sur le parrainage des écoles

Assemblée Générale LHP 2016

L’Assemblée Générale de Lyon-Haïti Partenariats se tient le jeudi 17 mars 2016 de 18h à 20h dans la salle de réunion du COSIM Rhône-Alpes, 58 rue Raulin, Lyon 7e.

Convocation AG 2016

Rapport moral et rapport d’activités

« LA JOURNEE HAÏTI » DU 12 OCTOBRE 2013

COMPTE-RENDU DE « LA JOURNEE HAÏTI » DU 12 OCTOBRE 2013

Maison des Associations de Lyon 4 (11h – 18h30)

    Cette JOURNEE HAÏTI, organisée par une équipe de bénévoles très mobilisés, annoncée par plusieurs média (Lyon Citoyens, Le Progrès, Radio Canut…) et qui a accueilli entre 150 et 200 participants -dont plus de 40 adhérents et une vingtaine d’Haïtiens, dans une salle très fonctionnelle, a été  une REUSSITE. Ses principaux objectifs ont été en grande partie atteints. Il s’agissait de mieux faire connaître Haïti dans ses réalités actuelles, de promouvoir les actions de développement menées par notre association et par nos partenaires, enfin de recueillir des fonds pour ces mêmes actions.

Le stand de LHP

Le stand de LHP

    Une dizaine de personnalités étaient présentes lors de l’ouverture officielle et M. le Maire de Lyon était représenté par Mme M.F. Roset, 1ère adjointe de la Mairie du 4e, qui a grandement facilité pour nous l’accès à la Maison des Associations.  Neuf organisations lyonnaises partenaires* se sont exprimées par des stands et/ou des documents audio-visuels. Lyon-Haïti Partenariats tenait un stand (artisanat, livres..) et a présenté l’Association des Paysans de Vallue (APV), notre partenaire haïtien, d’abord par un diaporama général, puis par un document  spécial décrivant l’état de la plupart des écoles, pour lesquelles une démarche de Parrainage collectif a été proposée.

Chorale Double dièse qui chante en créole Pitit mwen malad

Chorale Double dièse

    Deux groupes musicaux ont donné une note festive, d’une part le duo franco-haïtien Calamity Gee (chant et guitare), d’autre part la Chorale Double dièse et ses chants en créole.

     Le buffet antillais, le bar et, dans l’après-midi, des verrines faites au chocolat d’Haïti ont régalé les palais.

   Le thème « Grandir en Haïti  et en France : quelles solidarités » ? bien qu’il n’ait pas été suffisamment repris au cours de la Journée, est resté sous-jacent, car les actions décrites contribuent à améliorer l’éducation et/ou les revenus de nos partenaires haïtiens. Toutefois, par manque de présence de jeunes lyonnais lors de la Journée, et manque de préparation de nos correspondants haïtiens, la connexion internet prévue ce jour-là n’a pu avoir lieu, et nous prenons l’engagement de créer dans l’année les conditions pour qu’une liaison s’établisse entre des jeunes ici et là-bas.

Marie Charlotte et Adeline exposent le parrainage des écoles

Le parrainage des écoles

     N’ont pas été organisés non plus les ateliers annoncés dans les salles annexes, peu d’enfants étant présents en même temps pour l’atelier de Philosoph’art, et l’artiste ayant proposé les séances de dessin n’étant pas disponible. Toutes les activités se sont donc déroulées dans la salle principale.

    Remarque sur la tombola : au-delà du chiffre réalisé, elle a permis une mobilisation des adhérents et des sympathisants qui  a été assez importante.  En effet plus de 500 billets ont été vendus et nous en avons manqué en fin de journée… Ces ventes ont été l’occasion de prendre contact avec des gens très différents, de leur parler d’Haïti et d’amorcer un petit élan de solidarité à travers le paiement des billets et les dons obtenus. Donc un grand merci à tous et surtout à la personne qui l’a proposée.

Une partie de l'assistance    Nous remercions toutes les personnes qui ont participé à la Journée, d’une manière ou d’une autre. Le montant des fonds récoltés (2000 €) a été envoyé à l’APV, en soutien à la rentrée scolaire dans les 8 écoles de Vallue, ceci à la grande satisfaction des intéressés.

*ADAV, CEFREPADE, Collège de Montluel, ETHIQUABLE,      Grandir en Haïti, GREF, ISF, LINC’s, Oasis d’Amour.

Compte-rendu du séjour en Haïti de P. et M. VERMANDE à Vallue du 20 juillet au 9 août 2013

COMPTE-RENDU DU SÉJOUR EN HAÏTI de P. et M. VERMANDE

A VALLUE du 20 JUILLET au 9 AOUT 2013

DU 3 AU 9 août AVEC A. O’BRIEN et M-Ch. GRUMEL

interligne interligne interligne

I.                   Quelques « flashs » sur nos activités à Port-au-Prince

. Du 8 au 19 juillet à Port-au-Prince, Paul a participé au séminaire du CEFREPADE :

– restitution du fonctionnement (3 ans) du « Centre de Valorisation des Déchets de 2 quartiers de Cité Soleil »,

– formation de 15 jeunes au compostage et à la valorisation des déchets,

-attribution du « Prix Jean-Christophe Fernandez » à un porteur de projet dans le même domaine.

. Le 1er août : entrevue avec le nouvel ambassadeur de France, M. Patrick Nicoloso :

–  présentation du CHF, de LHP et de nos activités en partenariat avec Haïti,

– questionnement sur les priorités de l’ambassade : l’éducation, la santé, l’agriculture et la pèche.

. Le 1er août également : Visite à la Société H2O, dans le cadre de notre programme « Eau » à Vallue.

im1

. Le 2 août, visite à Lilavois (en plaine, à 10 km de Port-au-Prince) du Centre Charles Boromée (Coopération italienne) qui a créé la FHRD (Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement), où notre ami Georges Fédry, imprimeur de Villefranche nouvellement retraité, a été recruté pour gérer les actions : construction de villages pour reloger les familles rescapées du séisme, boulangerie, fabrique de pâtes, épicerie, et bientôt poulailler pour la production d’œufs et de viande.

Cet ensemble se situe près du Village d’enfants « Cœur pour Haïti », qui accueille des orphelins, dont une quarantaine sont pris en charge par l’association de Décines « Oasis d’amour », adhérente à LHP. Celle-ci a déjà acquis un terrain à Onaville (près de la Croix des Bouquets) pour construire un nouvel orphelinat pour 100 enfants, dans l’optique qu’il devienne autonome financièrement, grâce à des activités économiques annexes, comme une boulangerie et des cultures maraichères.

II.                 Notre séjour à Vallue

II.1. Les projets-programmes de développement intégré, en partenariat avec  l’APV (Association des  Paysans de Vallue)

Pourquoi  « Développement Intégré » ?

En 2010,  Vallue comptait 1382 habitants pour 227 familles (recensement IHSI), en habitat dispersé sur une   partie de la 12ème section communale de Petit-Goâve (5461 hab) qui s’étend dans une zone de mornes entre 300 et 1000m d’altitude, avec un relief très tourmenté. A 10 km en bord de mer, la ville de Petit-Goâve (10 350 hab), est la référence pour Vallue, avec la mairie, le commissariat, des commerces,  un marché important, un hôpital et un grand lycée (4 000 élèves). Distante de 10 km à l’est de Petit-Goâve, la ville de Grand-Goâve est plus modeste.im2Le  développement de Vallue ne peut se concevoir sans la prise en charge de tous les besoins de sa population, en commençant par ses besoins primaires (nourriture et eau), ainsi que ses besoins en énergie, éducation, santé, communication avec l’extérieur et désenclavement, création de revenus…. C’est le rôle que se sont donné les fondateurs de l’Association des Paysans de Vallue, il y a 25 ans. Ils ont progressivement construit une route, ainsi que des bâtiments communautaires (bureaux, salles de réunions, chambres, restaurant, école, radio, centre de santé, bibliothèque…) dans un lieu dénommé « Tiplas/TiPlace », mitoyen de l’hôtel « Villa Ban Yen » appartenant à Abner Septembre.

im3 Les dirigeants actuels de l’APV remplissent les rôles dévolus chez nous aux municipalités, mais sans pratiquement aucune aide de l’Etat.*  Ils recherchent donc des soutiens techniques et financiers  auprès de différents partenaires, notamment auprès d’organismes  qui disposent d’importants  moyens financiers. « Lyon Haïti Partenariats » fait partie des partenaires qui comptent pour eux, surtout du fait  des réseaux de relations que nous avons  et des compétences que nous pouvons mobiliser.

* Toutefois depuis 2 ans, le Ministère de l’Education Nationale subventionne les écoles pour les élèves de 1ère et 2e années fondamentales, avec le programme PSUGO (Programme Scolaire Universel Gratuit Obligatoire).

Les projets-programmes (Informatique, Eau, Energie, Tourisme solidaire…)

–          Fonctionnement de l’ETIM (Centre Informatique de l’APV), soutien  à l’éducation et à la formation –  Initiation à l’informatique et au TBI (Tableau Blanc Interactif)

Suite au camp Informatique de 2011 et au renforcement du Centre,  le travail en Service Civique de Charly Hunter, d’avril à juillet de cette année, a été très apprécié, autant par les responsables de l’APV que par les jeunes. Ci-dessous une  des lettres qu’ils lui ont écrites :im4

Lettre  de Sony et Wesner : « Cher monsieur, Nous vous saluons dans le nom du grand architecte de l’univers. De notre part ça va très bien. Nous vous écrivons c’est juste pour vous remercier, surtout en informatique. Ce moment était très agréable, nous savons comment manier l’ordinateur grâce à votre support. Nous vous souhaitons de revenir pour la continuité de ce cours. Malgré que vous êtes en France, vous êtes toujours dans notre esprit.

Cher Monsieur, recevez nos plus sincères salutations les plus distinguées. Amicalement.»

 Extrait du rapport de Charly : « Les deux axes principaux de ma mission étaient :

–          Faire un accompagnement de l’équipe enseignante dans l’utilisation des TIC (Techniques Informatiques et de Communication). L’objectif était de lui permettre une meilleure compréhension et d’améliorer l’exploitation du télécentre, afin que les professeurs puissent développer leurs formations, accéder à de nouveaux savoirs et transmettre leurs connaissances à leurs élèves.

–          Mettre en route et co-animer le télécentre communautaire d’informatique et en faire un lieu de formation pour les jeunes et les enseignants. »

Par ailleurs, pendant notre séjour et par notre intermédiaire, le Bureau de l’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) de Port-au-Prince  a offert à l’APV, sept ordinateurs (révisés après 3 ans de fonctionnement) ; ils ont été installés le 27 juillet, avec l’imprimante/scan/photocopieuse offerte par Charly grâce à une collecte organisée en Italie. Pour gérer ce centre, l’APV a recruté un responsable qui a suivi une formation au bureau de l’AUF à Port-au- Prince, les 7 et 8 août, et nous avons proposé d’appuyer ce jeune par l’envoi d’un volontaire dès que possible.

–         Programme EAU

Lors de notre séjour, nous avons pu localiser 13 sources dans l’espace de Vallue. L’approvisionnement en eau se fait donc à l’aide de seaux que les jeunes rapportent chez eux sur leur tête. Par ailleurs, des citernes existent, certaines en fonctionnement, d’autres à réparer, mais l’APV nous a envoyé un dossier pour l’installation de 100 citernes familiales.

Afin d’avoir une vue d’ensemble des points d’eau existants, nous avons été à la recherche de cartes utilisables. La photo satellite (ci-dessous) permet de voir la localisation de Vallue, le relief, les routes et les ravines. Une autre carte plus précise, avec indication et localisation des ressources en eau  (sources et citernes) et aussi des secteurs importants pour les activités économiques, sociales et culturelles  de la section communale, a été réalisée grâce  aux indications des habitants de Vallue, avec l’aide de la DINEPA (Direction Nationale pour l’Eau Potable et l’Assainissement) et de la DATIP (Direction de l’Agence Technique Intercommunale des Palmes), dont Petit-Goâve fait partie.  (Nous n’avons pas pu insérer cette carte dans ce compte-rendu). Il nous faudra également localiser les maisons pour le futur programme d’installation de citernes familiales. im5im6Les actions à programmer pour l’accès à l’eau :

En urgence :

. Alimentation en eau potable des 2 ateliers productifs : l’atelier de confitures « Topla » dont la canalisation n’est pas sécurisée,  et la laiterie  qui doit être en fonctionnement fin décembre 2013.

. Réhabilitation de citernes existantes, endommagées par le séisme.

. Potabilisation de l’eau de plusieurs sources  et citernes.

im7

 A moyen terme :

. Implantation de  citernes familiales et d’autres réservoirs le long de la route.

. Aménagement de plusieurs sources.

. Etude des possibilités de réseaux partiels dans certains secteurs géographiques.

im8 –         Programme  Énergie

. Actuellement, Vallue n’est pas connecté  au réseau de l’EDH (Electricité d’Haïti), mais un projet serait en cours de discussion avec le Ministère des finances et EDH pour installer une ligne de 7 ou 8 kms. Mais de toutes façons, un responsable nous a informés que l’autonomie énergétique, par le solaire et les génératrices, serait à privilégier dans l’immédiat.

. Comment les besoins sont-ils couverts ? Par des génératrices et  des panneaux photovoltaïques pour l’accès à l’électricité, par des bonbonnes de gaz,  du charbon de bois  et des végétaux pour faire cuire les aliments.

. Par l’intermédiaire de LHP, l’APV a pu, en 2012, réinstaller et compléter l’équipement photovoltaïque endommagé par le séisme et, en 2013 fournir à des familles 200 kits d’éclairage solaire offerts par Schneider et Energie Sans Frontières.

–         Le Tourisme solidaire

. Elaboration avec Abner Septembre (co-fondateur du RENAPROTS*) d’un circuit pour un voyage en Haïti  de 2 semaines en janvier 2014 (trois nuits à Vallue) : voyage destiné aux adhérents de LHP et du CHF (inscriptions prochainement).

. Tout au long de l’année, séjour  possible à Vallue, avec 3 formules d’hébergement : petit hôtel Villa Ban Yen, chambres rustiques de l’APV, accueil paysan.

im9–          Les points non pris en compte par LHP mais dont nous avons le souci : nourriture, santé, aménagement routier, radio communautaire « Klofa »…

 . L’APV se préoccupe beaucoup de la production agricole (plan igname, distribution de semences…) et elle  fournit des animaux aux paysans, notamment des chèvres (« cabris »  en créole). Nous avons été associés, par diverses collectes, à l’attribution de 20 vaches. L’APV  soutient la démarche de souveraineté alimentaire qui donne la priorité aux cultures vivrières. (Voir l’affiche ci-dessous : « Pwoteje semans lokal yo pou kore agrikilti lakay » = Protéger les semences locales pour soutenir l’agriculture familiale).

im10 . Le centre de santé de TiPlace a été soutenu depuis le séisme par deux ONG internationales spécialisées dans le domaine médical, présentes régulièrement toutes les semaines, souvent avec des intervenants haïtiens, médecins et infirmiers.  Actuellement, seulement une « agent de santé »  est présente à temps partiel, avec quelques médicaments à sa disposition. L’APV fait donc des démarches pour obtenir un jeune médecin nouvellement diplômé qui doit un an de service social à l’Etat.

. L’aménagement routier a été une priorité,  peu après la création de l’APV : ses membres ont équipé bénévolement 10 kms de bandes bétonnées. L’objectif principal était de sortir de l’isolement  et de pouvoir accéder à la route nationale distante de 10 kms en moyenne, pour écouler les productions agricoles, favoriser les déplacements  pour aller en ville (scolarisation au lycée, visites à l’hôpital, approvisionnement …). Cette année, pour compléter et améliorer cet équipement, un programme financé par le Ministère des finances est en cours d’exécution pour rendre l’aménagement routier continu et plus carrossable sur les premiers 5 kms jusqu’à TiPlace.im11

. La radio communautaire « Klofa »  fonctionne très bien (50 kms de portée), mais elle nécessite de l’énergie et donc  du carburant pour faire tourner la génératrice. L’an dernier, l’APV a fêté les 10 ans d’existence de cette radio qui constitue un lien important pour les habitants de la zone et pour la diffusion d’informations.

II.2. Nos rencontres et nos visites sur le terrain

. Pour ce séjour, comme pour les précédents, nous avons logé et pris la plupart de nos repas à l’hôtel. A partir du 3 août, quand les deux enseignantes, Adeline et Marie-Charlotte, nous ont rejoints et se sont installées dans une chambre de l’APV, on a déjeuné à midi avec elles à l’APV, et elles venaient nous rejoindre à l’hôtel pour les repas du matin et du soir. Dans les deux cas, on décerne un grand prix d’amabilité à tous les membres du personnel !!

. Cette année, les camps d’été, prévus par l’APV avec un financement de l’ONG « Actionaid », n’ont pas pu avoir lieu, en partie à cause de la tempête Chantal (empêchement de se rendre à Port-au-Prince pour la signature de la convention) et en partie à cause des ennuis de santé du coordonnateur.

. Parallèlement, Abner a lui-même organisé un camp  de 2 semaines pour 14 jeunes de 12 à 16 ans (VD-Eté 2013*) dans le cadre d’un nouveau réseau de tourisme solidaire, le RENAPROTS*, dont fait partie l’APV.  5 jeunes de Vallue y ont participé, avec d’autres jeunes venant de Petit-Goâve, de Port-au-Prince et de Saut d’Eau ; encadrés par deux animateurs, ils ont passé une semaine à Saut d’Eau (haut lieu de la religion vaudou), et une autre à Vallue où ils ont été hébergés à l’hôtel Villa Ban Yen ; le programme très varié (découverte de sites, activités agricoles, jeux, danse…) et l’apprentissage de la vie collective leur ont permis de se connaitre entre jeunes de différents milieux et d’apprécier les attraits touristiques de leur pays.

im12.  Benoit, coordonnateur de l’APV, rencontré le lundi 22/07, nous a fait part de ses ennuis de santé, de son souhait d’être remplacé au poste de coordonnateur, des problèmes d’électricité pour le fonctionnement de l’ETIM -l’équipement solaire n’étant pas suffisant- et nous avons donc convenu d’avancer l’équivalent de 330 € afin de contribuer à l’achat de fuel pour alimenter les génératrices (cette mesure est provisoire, car nous étudierons avec l’APV un programme énergétique de façon plus globale).

D’autre part, pour que les autres jeunes de Vallue bénéficient tout de même de quelques activités, Benoit  nous a demandé d’animer quelques séances avec ceux qui avaient travaillé avec Charly, en utilisant le TBI (Tableau Blanc Interactif) installé dans la grande salle de conférence, ce que nous avons fait au cours de notre séjour (voir plus loin).

. Nous avons été invités à une importante réunion entre l’APV (membres du Conseil et représentants des groupes  fondateurs) avec Mme Michèle Pierre-Louis, ex. 1er ministre et actuellement présidente de la FOKAL (Fondation Connaissance et Liberté) qui soutient l’APV depuis sa création. Cette réunion avait pour objectif de chercher des solutions à des difficultés dues à des points de vue différents sur la gestion des projets.im13–          Nos interventions auprès des enfants et des jeunes :

. Avec les « élèves » ayant travaillé en informatique avec Charly : projection du  film sur le Centre de valorisation des déchets de Cité Soleil, puis écriture de messages  à Charly : tous le remercient pour sa compétence, ses méthodes et sa gentillesse. Nous leur avons aussi demandé de dire quel métier ils aimeraient faire plus tard : les garçons ont répondu : «avocat, agronome, comptable,  ingénieur, footballeur, tennisman », les filles : « infirmière, fleuriste, agronome, ingénieur».

. Conférence sur  « Les enjeux de l’EAU, à Vallue et dans le monde » : présentée par Paul d’abord à l’APV auprès d’un public de tous âges, puis aux jeunes du camp RENAPROTS.

. Diaporama « Haïti, 500 ans d’histoire »  présenté également aux deux groupes par Maguy, d’après l’exposition de 50 tableaux de peintres haïtiens rappelant des événements marquants, depuis l’avant Christophe Colomb jusqu’à l’année 1992. Les jeunes ont beaucoup apprécié, et l’un d’eux a écrit : « Ce qui m’a intéressé dans ce diaporama, c’est le fait de l’avoir présenté exactement comme a été l’histoire d’Haïti… J’aime aussi le fait d’avoir une grande considération envers l’histoire de nos ancêtres ».

. Projet artistique : nous avons demandé au peintre Antonio LAVIOLETTE de préparer deux toiles représentant des enfants d’une part en train de jouer, et d’autre part en train de travailler. Les tableaux ont ensuite été complétés par quelques enfants et seront exposées lors de la Journée Haïti du 12 octobre à Lyon.im14–          Rencontres avec des Paysans :

. Association des Paysans de Zamor : nous avons participé à une des réunions de ce groupe fondateur de l’APV qui se réunit le dimanche après-midi, 2 fois par mois, et chaque membre cotise 10 gdes/mois (1€ = 60 gdes). Leur local a été partiellement détruit par le séisme, et ils ont le projet de le reconstruire (salle de réunion, bureau et abri pour les semences). Leur souhait est d’être aidés financièrement, mais nous n’avons pas pris position.

L’intérêt pour nous a été de faire leur connaissance et de les entendre discuter de façon très démocratique avant leur prise de décisions pour le début de la reconstruction (travail en « combit », c’est-à-dire en groupe).im15. Visite du « Musée végétal de Zamor » : cet espace, modèle de biodiversité, est cultivé par Faniel LAURENT, agriculteur, arboriculteur et pépiniériste, passionné par son métier, et qui s’applique à recréer et à conserver les différentes variétés des plantes potagères et fruitières de la zone. Il a déjà formé plusieurs jeunes, mais le séisme ayant détruit son ordinateur et plusieurs de ses outils, il nous a soumis un projet de financement pour pouvoir se rééquiper et assurer une formation pour une dizaine de jeunes de Vallue. Sa demande sera intégrée dans le projet décrit plus loin.im16 Rencontre avec  des enseignants :

. Réunion avec une vingtaine de directeurs et enseignants des écoles de Vallue (sauf l’école de La Voute, du fait de la distance) : la présence à Vallue d’Adeline et Marie-Charlotte, toutes deux enseignantes à Lyon, a facilité les échanges. A notre demande, le directeur de l’Ecole communautaire Gérard Baptiste a convoqué ses collègues des 8 écoles pour le 6 août, et nous avons pu recueillir auprès d’eux leurs données chiffrées et leurs besoins (cf. l’état des lieux des écoles). Ensuite, la visite de plusieurs écoles nous a permis de constater d’une part l’existence de jardins scolaires dans 3 d’entre elles et d’autre part les dégâts du séisme et du cyclone Sandy (murs abattus à Bois Jeancy, toit de taule effondré à Piton).im17       Les 8 écoles de Vallue et des environs : leur effectif de cette année 

                                               Bois Jeancy :          157                           La Voute :      100 (estimé)

                                               Gérard Baptiste :  283                           Piton :             106

                                                La Ruche :             161                           Sayul Louis :  315

                                                Floquette :            145                            Telleau :         115

                                       soit au total : 1392 élèves.

 . Munies de ces informations, nous avons pu répondre, avec l’APV, à un appel à projet venant de WISE-FOKAL*, que nous avons intitulé « Formation continue des enseignants et promotion de l’agriculture ». Ce projet, qui reprend en partie celui déjà déposé en 2012 mais non retenu, a pour objectif de lutter contre le désintérêt des jeunes pour le travail de leurs parents, en intégrant l’enseignement agricole dans l’enseignant général ; il comporte 3 volets : la formation continue des enseignants du préscolaire et du primaire, le renforcement et/ou la création de jardins scolaires, et la formation professionnelle à l’arboriculture pour 10 jeunes déscolarisés.

Si le projet est accepté, il apportera à l’APV la somme de 20 000 $ pour l’année 2013-2014.

*WISE : Word Innovation Summit for Education, financé par le Qatar.

–          Nos visites et ballades dans la nature

Presque chaque jour, nous avons marché dans la campagne où tout était pour nous objet d’intérêt : les plantations, les grands arbres et leurs fruits, les sources, les écoles, les femmes portant les charges sur leur tête, les motos-taxis, les animaux…im18C’était la saison de plantation des « pois noirs » (haricots), qui occupaient tous les espaces de terre disponibles, quelle que soit leur pente, parfois  mélangés à des malangas (tubercules) et des ignames. Sur ces hauteurs, les paysages sont magnifiques et les habitants rencontrés nous ont toujours bien accueillis.

Avec Adeline et Marie-Charlotte, les ballades nous ont permis de visiter plusieurs écoles et l’atelier Topla, d’être invités par des amis… en un mot, d’apprécier cette très belle région et de passer des vacances formidables !

im19

En conclusion, ce séjour de presque 3 semaines à Vallue nous a permis de progresser dans la connaissance de l’APV, de son fonctionnement et de ses difficultés. C’est bien sûr encore trop court, alors nous leur avons laissé un tableau concernant leurs activités et projets, avec des précisions à nous renvoyer sur les chantiers en cours et leurs financements, pour nous permettre de mieux adapter la participation de LHP.

Et nous espérons pouvoir approfondir à nouveau cette connaissance, chaque fois que des membres de LHP partageront du temps avec les habitants de Vallue.

CONTRIBUER AU DÉVELOPPEMENT D’ HAÏTI

CONTRIBUER AU DÉVELOPPEMENT D’ HAÏTI INTERFACE

Cet article de Paul Vermande  vient d’être publié dans le n° 116 de la revue Interface de l’Association des Ingénieurs et Diplômés INSA Lyon. Cette association a aimablement donné son autorisation pour le reproduire sur le site de Lyon-Haïti Partenariats, nous lui adressons tous nos remerciements..

DEMARCHE SOLIDAIRE  MAIS AUSSI  SCIENTIFIQUE et TECHNOLOGIQUE

interface_1

Rencontre des femmes, camp de Tabarre Issa,  2010

interface_2

Atelier de confitures TOPLA, Vallue

,

,

,

,

,

J’ai signé deux articles dans INTERFACE N° 109 et 111et je suis sollicité pour en écrire un autre. Pourquoi?  Je me sens très proche de ce pays francophone où j’ai travaillé pendant 6 ans.

–          le peuple haïtien nous a accueilli avec une gentillesse peu commune ; de plus  il manifeste une créativité « extra-ordinaire » que nous avons découvert à travers la peinture, les sculptures, la musique,  la littérature et même l’informatique

–           Depuis notre retour en 2001 et notre engagement dans le secteur associatif,Maguy dans l’association «  Lyon Haïti Partenariats » et moi au sein du Collectif Haïti de France, dont je suis le président national, nous avons constaté que le cas  d’Haïti rassemble presque toutes les questions liées au développement et à la lutte contre la pauvreté. Les aides d’urgence sont   nécessaires après un séisme ou des cyclones, mais elles sont insuffisantes pour permettre  le développement.

–          N’oublions pas  aussi que Haïti  a 4 siècles d’histoire commune avec la France et que aujourd’hui comme hier,ce pays est un enjeu géo-stratégique politique pour les Caraïbes(les USA l’ont bien compris), un enjeu pour l’avenir de la francophonie dans cette région et sans doute pour l’équilibre du monde : peut-on laisser un peuple dans un tel état de dénuement, après l’avoir soumis par l’esclavage, l’avoir ruiné par le versement d’une « dette d’indépendance », et l’avoir ponctionné aujourd’hui encore, en favorisant le départ de 85 % de ces cadres, vers le Canada et les USA ?

COMMENT SE MOBILISER POUR SON DÉVELOPPEMENT?

                Notre démarche associative ne pourra pas amener les investissements lourds dont le pays a besoin, alors nous agissons dans plusieurs directions :

–          Nous diffusons de l’information aussi bien en France qu’en Haïti en partenariat avec une agence de presse haïtienne. , Alterpresse, et avec la  Fondation Culture et Liberté (FOKAL)

–          Nous sommes attentifs à la défense des droits humains ; ça commence par l’accès à l’état civil : 1 million d’haïtiens  en Haïti et en République Dominicaine n’ont pas été inscrit à la naissance et n’ont donc pas d’identité ce qui constitue un handicap énorme. Les autres droits fondamentaux : droits de se nourrir (travail sur la souveraineté alimentaire avec les associations paysannes), droit à l’éducation (soutien aux écoles et aux enseignants), droit à la santé .il ne peut y avoir de développement sans respect des droits.

–          La  principale démarche est actuellement de mettre l’accent sur la réalisation de projets économiques  en partenariat avec les associations haïtiennes plutôt que d’envoyer des dons. Ceux -ci apportent certes un soulagement immédiat, mais ne résolvent rien à long terme pour le développement économique et l’autonomie des populations.

Le ministre du Développement, Pascal CANFIN, disait récemment que « ce sont les petites associations de bases  qui sont les grands acteurs du développement local ». Nous sommes en communication constante avec la société civile dans les villages et les quartiers et nous disons que nous sommes le 4ème pilier du soutien au Développement, les 3 autres étant les grands organismes internationaux  multilatéraux, les états et les ONG.

Les acteurs de la solidarité avec  Haïti sur la Région Lyonnaise

La liste qui suit est valable pour la région lyonnaise, mais plusieurs autres régions se sont organisées et développent des actions similaires à Toulouse, Rennes, Lille, Marseille, Nantes, Poitiers  et Paris pour ne citer que les principales. Le Collectif Haïti de France regroupe  plus de 80 associations et 150 adhérents individuels. Les soutiens à Haïti sont nombreux mais dispersés, nous assurons le début de la mutualisation.

1)      Une dizaine d’associations sont regroupées dans leRéseau Rhône Alpes pour Haïti (RRAH)  au sein du  CADR (Collectif des Associations de Développement  en Rhône Alpes). Elles organisent fréquemment des évènements : au cours de l’année 2010, année du séisme, ce sont une centaine de conférences,  séances de cinéma,  pièces de théâtre,  débats,  expositions, soirées de solidarité  qui ont eu lieu dans la région. Les financements recueillis ont servi à soutenir la reconstruction des écoles, l’achats de semences, la confection ou réparation des citernes, …

interface_3

Camp d’informatique, Vallue, août 2011

interface_4

Construction d’une nouvelle école, Vallue, mars 2013

,

,

,

,

,

2)       Plusieurs grandes ONG ou Fondations travaillant en Haïti, ont leur siège ou de fortes délégations à Lyon.

AVSF (Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières)soutient le monde rural (65% de la population haïtienne) avec toutes ses productions traditionnelles et particulièrement les filières café, cacao, lait,.. cette dernière  en partenariat avec VETERIMED, ONG Haïtienne,  sur 2 programmes  LET AGOGO  ( « lait à profusion » dans une vingtaine de petites laiteries)  et ManmanBèf (programme d’achat de vaches qui sont  remises à  des familles haïtiennes  pour une durée de  4 ans). Nous suivons de près ces programmes. Le CADR  est porteur avec AVSF d’un  gros projet financé à 80% par la Fondation de France et par la Région RA  pour la réhabilitation d’un réseau de 50 unités de transformation de fruits (production de confitures, fruits séchés, liqueurs,…).

Handicap International, dont le siège est à Lyon, est  présent en Haïti depuis  10 ans. Cette ONG  emploie  actuellement  environ 100 personnes en Haïti pour les soins et  la ré-éducation de plus de 5 000 handicapés.

La Croix Rouge Internationale est présente en Haïti depuis plus de 50 ans par le biais de CARE-Haïti avec de multiples interventions : aides d’urgences, abris provisoires et habitat, choléra et sécurité alimentaire… La délégation départementale du Rhône adhère à l’Association LYON HAITI-Partenariats.

La Fondation Mérieux a une représentation permanente en Haïti pour suivre toutes les maladies infectieuses (tuberculose, VIH,..) : soutien aux structures et laboratoires de santé, micro- crédit aux familles des malades, soutien mère-enfants et dépistage-diagnostique.

Le CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement) suit 5 projets dans des villages haïtiens ; c’est le siège de Paris qui assure l’animation et le suivi. Idem pour Médecins du Monde.

 Le SCD (Service de Coopération pour le Développement) dont le siège est à La Mulatière envoie des volontaires, souvent jeunes diplômés, pour une durée de 1 ou 2 ans. Ils sont 15 actuellement en Haïti.

3)      Quelques exemples de  petites entreprises ou de bureaux d’études avec lesquels nous sommes en relation :

  • L’entreprise COQUARD  a expédié  en mars 2012 , à la demande de 2 clubs Rotary (Villefranche et Belleville en Beaujolais) le matériel inox pour la mise en place d’une  laiterie (200l/jour) dans le village de Vallue, situé à 65 kms de Port-au-Prince.
  • GIRUS dans le domaine de l’environnement, de l’accès à l’Eau et du traitement des déchets urbains.
  • Le RONGEAD (Réseau des ONG pour le Développement Rural)  travaille avec le CEFREPADE, hébergé à l’INSA,pour la valorisation des déchets d’anacardes (noix de cajou).
  • La Fondation de la Société SOGELINK, créée suite au séisme, nous a demandé de participer à son conseil d’administration pour sélectionner des projets humanitaires.

4)      Les établissements d’Enseignement Supérieur accueillent des étudiants  et des chercheurs haïtiens :

  • –  ce sont les 3 grandes universités de l’Etat et les écoles d’ingénieurs (notamment INSA et ENTPE) :
  • – Le CIEDEL à l’université catholique. ( 5 étudiants présents cette année)
  • IFRAMONDE (Université Lyon 3)
  • – l’ENS qui participe avec plusieurs pays dont Haïti à un programme de recherches au sein de la francophonie. L’ENS a accueilli le Réseau Rhône-Alpes pour Haïti en janvier et février 2012 pour l’exposition « Haïti 500 ans d’Histoire » (2 000 visiteurs), et a  permis la tenue de 3 conférences .

5)      Deux actions de Recherche importantes sont menées sur des sujets concernant Haïti et financées par l’Agence Nationale de la Recherche                  ( programme ANR-Flash Haïti )

 – GEDEAH ( Gestion Décentralisée des déchets et développement de filières Agricoles en Haïti ).  Contrat d’environ 250 000 € sur 3 années au Laboratoire de Génie Civil et d’Ingénierie Environnementale (LGCIE) de  l’INSA , en partenariat avec le Centre Francophone de Recherche Partenariale pour l’Assainissement, les Déchets et l’Environnement (CEFREPADE), le GRET (Groupe de Recherche et d’Echange Technologique) et l’Université Quisqueya (Haïti).

RECREAHVI (Résilience et Processus Créateur chez les enfants et adolescents haïtiens victimes de catastrophes naturelles) Projet de l’Université Lyon 2 dirigé par Daniel Derivois, maître de conférences en psychologie, d’origine haïtienne, en partenariat avec  la faculté des Sciences Humaines de l’Université d’Etat d’Haïti et l’association Philosoph’Art. Montant du contrat du même ordre de grandeur.

6)      Des enseignants  du Supérieur, au sein de Universitaires Sans Frontières (USF-AWB),  se mobilisent pour donner des cours et mettre en place des formations  spécialisées. Ils interviennent avec des retraités du GREF (Groupement d’Enseignants  Retraités et Éducateurs sans Frontières) notamment pour la formation des enseignants haïtiens.

7)      L’association Lyon-Haïti Partenariats, (104 adhérents) créée en octobre 2011, développe un Partenariat avec l’Association des Paysans de Vallue (APV) :

  • Co-financement d’un Centre informatique,

    interface_5

    Réservoir d’eau potable, Vallue, mars 2013

  • Co-financement du fonctionnement de l’école et du Centre de Santé,
  • Suivi des ateliers (transformation de fruits, laiterie).
  • Projet déposé auprès de la Fondation SOGELINK  en vue d’améliorer l’accès à l’eau en plusieurs points du village.

De plus elle accueille et soutient les étudiants et chercheurs haïtiens présents à Lyon notamment pour la recherche de stages. Ils adhèrent à l’association.

Deux laboratoires de l’INSA et de l’ENTPE ont formé ces dernières années 7 docteurs haïtiens, notamment dans le cadre d’une convention INSA-Université Quisqueya. Le Pr Evens EMMANUEL premier docteur formé (2003), est actuellement coordonnateur des formations doctorales en Haïti pour l’AUF. De plus  le CEFREPADE  et le LGCIE interviennent dans le traitement des déchets urbains et agricoles en vue de leur  valorisation. Deux séminaires sont prévus en juillet  2013 . Le prix  J.C. Fernandes, du nom de ce chercheur de l’INSA mort pendant le séisme, sera attribué à cette occasion. Un autre article spécifique est prévu pour un prochain numéro d’INTERFACE.

CONCLUSION

 On constate qu’il existe déjà beaucoup d’actions dans la région en soutien à Haïti et il ne manque que la vôtre.

Le monde actuel a besoin de solidarités actives pour retrouver un équilibre. Prenez contact avec « Lyon Haïti Partenariats » qui essaye de mutualiser toutes ces démarches.

Paul Vermande, INSA 1ère promotion

DSCF1246

Camp de Tabarre Issa : des tentes mais pas d’arbres, ni végétation.

Mission ANATRAF Avril 2013.

Paul Vermande et Jacques Breysse ont été en Haïti du 5 au 14 avril 2013. Séjour à Vallue le 6 et 7 avril pour faire un état de la situation des différentes actions en cours avec l’APV. L’essentiel de la mission consistait à faire le point sur le projet ANATRAF (Association Nationale des Transformateurs de Fruits).

Fruits vendus sur le bord de la route à Léogane

En particulier, il s’agit de parler avec la Direction de l’ANATRAF de l’exécution de la fin du projet, de préparer l’évaluation finale qui aura lieu au mois de septembre 2013  et d’examiner les possibilités de continuer des actions qui iraient dans le sens du projet : transformer et valoriser les productions des populations rurales en soutenant certains ateliers,  générer des revenus pour les familles, améliorer la qualité et les quantités des fruits transformés.

Quelques données sur le projet ANATRAF : le budget de 600 000 € est financé à 80 %  par la Fondation de France, mais aussi par la région Rhône-Alpes, l’ONG AVSF, le Réseau Rhône-Alpes pour Haïti, et l’ONG hollandaise ICCO. C’est le CADR  qui en est le gestionnaire, et des membres actuels de LHP, initiateurs du projet au sein du Réseau RA pour Haïti, suivent son déroulement en liaison avec AVSF.

 

Rapport de la Mission concernant la Réhabilitation de logo_cadrl’ANATRAFT-shirt_anatraf

Effectuée par Jacques BREYSSE et Paul VERMANDE

                                             Du 7 au 14 avril 2013 en Haïti

1)    OBJECTIFS et CONTEXTE

Le programme de Réhabilitation de l’ANATRAF et de son réseau de 51 ateliers répartis dans tout le pays a été élaboré au sein du CADR(Collectif des Associations de Développement en Rhône Alpes) par le Réseau Rhône Alpes pour Haïti. Ce réseau d’associations était en relation avec des associations haïtiennes et quelques ateliers de transformation de fruitsfabriquant essentiellement des confitures. Il était aussi en relation avec AVSF France et AVSF Haïti. Le dossier a été présenté à la Fondation de France en octobre 2010, acceptépour une participation à 80% des 600k€ et signé en décembre. Après son acceptation, les responsables des 3 organismes directement concernés ont commencé une partie des actions prévues (réhabilitation des bâtiments détruits–structuration des salariés au sein de l’ANATRAF- choix de 10 ateliers à soutenir en priorité).Dans le même temps,  le CADR et AVSF ont recherché les financements complémentairespour atteindre le total du budget du projet.

Les objectifs principaux étaient les suivants :

–   La réhabilitation des structures endommagées ou détruites par le séisme pour contribuer à « l’amélioration durable et équitable des revenus des familles paysannes impliquées dans la transformation des fruits »,
–   « Renforcer les capacités de production, commercialisation et gestion entrepreneuriale des unités de transformation, membres de l’ANATRAF ».

La première année a permis des reconstructions, le recrutement, le fonctionnement et paiement des salaires de 9 personnes dans la structure centrale de l’ANATRAF, le choix des 10 premiers ateliers à renforcer,ainsi que  différentes actions (formations, fonds de roulements dans certaines unités, suivi de terrain). Malgré ce bilan relativement satisfaisant, il faut noter que les responsables du projet au sein des 3 organismes partenaires ont quitté leurs fonctions,fin 2012. Certaines activités prévues initialement sont apparues plu tout à fait pertinentes ou prématurées au vue du contexte, si bien qu’un redéploiement a été proposé et accepté par toutes les parties (suppression de la construction d’un atelier modèle, annulation des actions de pépinière et de plantation, abandon de la certification équitable,…). La nouvelle répartition budgétaire a ainsi permis de renforcer le soutien direct aux ateliers (recrutement de 2 assistants techniques en gestion (ATG) pour un accompagnement direct et « quotidien », mise en place d’un fonds d’investissement…).

Durant la seconde année, à partir de l’été, des malentendus, associés à des insuffisances en terme de communication, sont apparus entre AVSF Haïti et l’ANATRAF, qui ont conduit à un relâchement des relations entre les 2 organismes, puis à leur interruption à partir de septembre. Un deuxième redéploiement a donc été proposé par AVSF-Haïti, pour relancer les activités en privilégiant le soutien aux 10 ateliers de transformation. Ces propositions, acceptées par le CADR et la Fondation de France, ne l’ont toutefois pas été par les responsables de l’ANATRAF reflétant une certaine frustration de ne pas être suffisamment impliqués dans la conduite du projet.

Les objectifs de la mission proposée en mars 2013 par le CADR étaient donc :

–  comprendre ce qui s’était passé en 2012  entre les partenaires présents en Haïti
–  écouter les acteurs de l’ANATRAF, leur donner les apaisements pour l’exécution de la fin du programme, renouer des échanges avec eux pour l’après projet,
–  assurer AVSF-Haïti de notre volonté d’aller au-delà du projet dans le soutien au monde rural haïtien, et spécialement aux ateliers de transformation de fruits, qui émanent tous d’une démarche volontaire des populations haïtiennes.

Historique résumé du projet :

–  Préparation du projet par Paul Vermande (président du Collectif Haïti de France et membres du CADR/Réseau Rhône Alpes pour Haïti) et Julie Colom (chargée de projets au CADR – en charge du suivi du Réseau Rhône Alpes pour Haïti). Appui d’Alejandra Cuajan (master 2) en stage pendant 5 mois en 2010.
–  Présentation par le CADR du projet à la Fondation de France (juillet 2010)
–  Lettre d’intention de la Fondation de France d’attribuer 485000 € au CADR (6/10/2010)
–  Signature d’une convention de partenariat CADR/AVSF/ANATRAF (décembre 2010),
–  Signature d’une convention de partenariat AVSF/ANATRAF (décembre 2010)
–  Démarrage du projet 1/01/2011 (mais intégration d’actions de réhabilitations de 5 ateliers menées fin 2010 : Himalaya, PFST Léogane, PFST Carrefour, TOPLA et Fondwa).
–  Responsables : CADR : Julie Colom, AVSF : Nicolas Faugères, ANATRAF : Anderson Chery (Responsable technique de l’ANATRAF – Directeur par intérim)
–  Avril 2011 : Arrivée Luc Maille – nouveau directeur de l’ANATRAF,
–  Juin 2011 : Mission Julie Colom en Haiti. Identification de certaines faiblesses (Crise de confiance interne à l’ANATRAF, Liens de l’ANATRAF avec les ateliers insuffisants, Faiblesse administrative),
–   Aout/Novembre 2011 : 1er rapport d’activités provisoire en aout (1er semestre 2011), version finale en Novembre (cumule les 2 périodes  1er semestre T1, et 3ème trimestre T2),
–   Octobre 2011 : départ de Julie Colom. Pomme Igleses lui succède.
–   Novembre 2011 : démission Nicolas Faugère.
–   Décembre 2011 : AG de l’ANATRAF et élection d’un nouveau comité exécutif et d’un nouveau coordonnateur Jean-Fritz CHERY,
–   Décembre 2011/Janvier 2012 : définition des bases d’une réorganisation du projet : 1er redéploiement accepté par tous, mais sans signatures.
–   Février 2012/mars 2012 : arrivée d’Anne Lafalaise (remplacement de Nicolas Faugères);
–   Démission d’Anderson CHERY (février 2012),
–   Mars 2012 : démission de Luc MAILLE,
–   Avril 2012 : Arrivée de Jacob JEAN-FRANCOIS en remplacement de Luc MAILLE,
–    2ème trimestre 2012 : démarrage du redéploiement. Recrutement de 2 ATG par AVSF-Haïti (Rapports Septembre 2012),
–    Septembre 2012 : séminaire des « 10 ans » de l’ANATRAF,
–    Fin septembre/début octobre 2012 : décision AVSF/CADR d’annuler la visite en France de représentants de l’ANATRAF,
–    Décembre 2012 : définition des bases d’une nouvelle réorganisation du projet : 2ème redéploiement,
–    Février 2013 : réunion de la commission « Investissements ».

2)    LES DIFFERENTES REUNIONS

Lundi 8 avril 2013 :
– Réunion de présentation au SCAC  (Service de Coopération et d’Action Culturelle) de l’Ambassade de France (MM. Bruno ASSERAY et Allain MONCOEUR).
– Prise de contact avec AVSF-Haïti : Mme Anne LAFALAISE et M. David MILLET, coordonateur.

Mardi 9 avril 2013 :
Rencontre à Damien avec M. Jacob JEAN FRANCOIS, Directeur de l’ANATRAF, pour prévoir la programmation des rencontres de la semaine. Présence de M. Yvon FAUSTIN, un des fondateurs de l’ANATRAF, ancien président du Comité exécutif.

Mercredi 10 avril 2013:
Déplacement dans le Plateau Central ; trajet effectué dans la voiture de M. Jacob JEAN FRANCOIS. Arrêt à Mirebalais pour saluer les participants de l’ANATRAF à une session de formation à la gestion avec l’association KNFP. M. Jean François nous a présenté 2 ateliers à LasCahobas : celui de NOBIGABEL dirigé par Mme NoziaCameau ANTOINE (Chiffre d’affaires environ 100 000 €) et celui de l’AFUP dirigé par Mme Jacqueline FéquièreMorette LAFAILLE (chiffre d’affaires environ 25 000 €). Ces 2 ateliers fonctionnent et emploient entre 10 et 15 personnes.

(Voir les productions dans l’annexe jointe)

Jeudi 11 avril 2013 :
Réunion de concertation entre les 3 partenaires (CADR/AVSF/ANATRAF) qui a été remise, à la demande de l’ANATRAF, pour la préparation de la journée suivante au Ministère de l’Agriculture.

Vendredi 12 avril 2013 :
– Cérémonie officielle avec MM. Jacques THOMAS, Ministre de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural et M. Bang-Zyh LIU, ambassadeur de Taïwan en Haïti qui remettait du matériel à l’ANATRAF (évaluation 200 000 $ us).
– Prise de parole par 4 responsables de l’APV : le Directeur M. Jean François Jacob, le coordonnateur du comité exécutif M. Jean Fritz Chéry, la vice-coordonnatrice du comité exécutif Mme CharlestinMarilia, le Secrétaire Général du comité exécutif M. Augustin Accène.
– Visite des locaux de l’ANATRAF et de la centrale d’achats par le ministre et l’ambassadeur.
– Présentation par le directeur du « plan stratégique de développement quinquennal (2013-2018) de l’ANATRAF ».(Voir en annexe).
– Nous avons été invités à parler du projet (Fondation de France) devant les caméras de plusieurs chaines de télévision qui ont retransmis le reportage le soir même.
– Dans l’après-midi : réunion dans les locaux de l’ANATRAF à Damien, avec les membres du comité exécutif présents.

Samedi matin 13 avril :
Réunion de concertation entre les 3 partenaires chez les pères de St Jacques avec le Directeur et le comité exécutif de l’ANATRAF, ainsi que Mme Lafalaise de AVSF-Haïti.

à CF Compte rendu de la rencontre en annexe

3)    Commentaires – Conclusions – Perspectives

Ce projet a été élaboré au sein du CADR sans avoir toutes les données sur les 51 ateliers de transformation de fruits et en se basant sur le fonctionnement connu de quelques ateliers qui étaient presque opérationnels. Le volume des actions qui a été programmé était manifestement trop important et les ressources humaines insuffisamment connues.

D’autre part la mise en place de la structure centrale de l’ANATRAF (centrale d’achat et bureau) a été beaucoup plus laborieuse que prévue, mais « le projet a permis la résurrection de l’association » nous a dit le directeur actuel. Il en est résulté une visibilité plus grande de l’ANATRAF à Port-au-Prince et l’obtention de nouveaux soutiens (Ambassade de Taïwan, CORDAID, Union Européenne,  Bureau de l’Ordonnateur national, le Ministère Haïtien de l’Agriculture). En revanche le soutien aux ateliers en province a été faible avant la mise en place du premier redéploiement et le recrutement des 2 ATG.

Nous sommes heureux d’avoir pu tenir la réunion avec les 3 organisations le dernier jour et nous espérons qu’elle aura des suites positives, suite au consensus auquel nous sommes arrivés  : se mettre d’accord sur les finances après la réunion des trésoriers, signature du deuxième redéploiement par le président du  Comité exécutif, obtention par l’ANATRAF des financements qui lui reviennent et continuation du soutien aux ateliers de province par les ATG qui seront suivis dans leur travail par les 2 organismes intervenant en Haïti.

 Les perspectives qui vont au-delà de ce projet résident :

– Pour la direction de l’ANATRAF : un soutien du Ministère de l’Agriculture qui semble lui reconnaître un  rôle national important pour la transformation  et la valorisation des fruits,  donc  pour la production fruitière. La prise en charge de certains  salaires par ce ministère semble indispensable pour la pérennité de la structure.

– Il nous semble nécessaireque la centrale d’achats et de ventes  située à Damien devienne à terme autonome  financièrement ; des bénéfices sont réalisables sur la revente des intrants (pots, étiquettes, matériels,…) ainsi que sur les produits des ateliers mis en vente dans les supermarchés de Port au prince (il n’y a à ce jour que 6  lieux de dépôts alors que certains ateliers qui agissent indépendamment  en sont à plus de 20).

– Il nous semble également nécessaire de poursuivre le travail initié quant à une certification au travers d’une démarche qualité pour tout atelier qui souhaiterait bénéficier du logo de l’ANATRAF. C’est une étape indispensable à un développement commercial et à fortiori à un développement éventuel vers l’exportation et le commerce équitable.

Pour les ateliers, des partenariats limités seront sans doute possibles avec des associations franco-haïtiennes qui sont en train de passer progressivement d’une démarche d’assistanat à une autre démarche qui préconise la nécessité de financements en vue de créer des activités économiques génératrices de revenus.

ANNEXES

Annexe 1 : Compte rendu de la réunion commune CADR / AVSF / ANATRAF du 13 avril 2013

Annexe 2 : liste d’émargement à la réunion du 13 avril 2013

Annexe 3 : Documents de communication des deux ateliers visités à Las Cahobas

Annexe 4 : Plan stratégique de Développement Quinquennal (2013-2018) de l’ANATRAF

Annexe 5 : Projet avec l’Union Européenne pour 9 ateliers du département du SUD

Annexe  6  : 2 planches de photos prises au cours de la mission.

Annexe 1 : Compte rendu de la réunion commune CADR / AVSF / ANATRAF (Samedi 13 avril 2013)

Présents :
–          Jacob Jean-François, directeur technique
–          Chery Jean-Fritz, coordonnateur, délégué de la Grande Anse
–          Maris-Carmel Versus, déléguée Bas-Plateau
–          Evana Pierre, déléguée Nippes
–          Sherline JOSEPH, trésorière, déléguée de l’Ouest
–          Accène Augustin, secrétaire général, délégué du Nord
–          MisouCharlestin, vice-coordonnatrice, déléguée du Haut-Plateau
–          Paul Vermande, CADR
–          Jacques Breysse, CADR
–          Anne LAFALAISE, assistante technique AVSF

Objet : examen des problèmes actuels (financiers, communication) entre les partenaires et  la mise œuvre du 2ème redéploiement.

Paul Vermande rappelle d’abord la volonté affirmée de la Fondation de France et du CADR de voir la fin du programme se terminer au profit de tous et en particulier de l’ANATRAF et des ateliers de transformations. La non-signature  par l’ANATRAF de l’avenant correspondant au 2ème redéploiement empêche notamment  cette dernière de recevoir les fonds qui lui sont destinés. Il rappelle aussi que dans le contexte de ce programme un montant de près de 280 000€ a pu être remis à l’ANATRAF et qu’il a permis de relancer l’activité d’un certain nombre d’ateliers et du bureau central de PauP.

réunion-cadr-anatraf-avsf

Réunion CADR/ANATRAF/AVSF

Un long échange de vue, parfois contradictoire, a permis de mettre en évidence  et de lever certains malentendus et autres incompréhensions.

A la suite de cet échange les points suivants ont été décidés :

–  Une mise à plat indispensable des aspects financiers et budgétaires. Une réunion entre les comptables d’AVSF et d’ANATRAF sera organisée à l’initiative d’AVSF. Délai  19 avril.
– La proposition de faire glisser la période de fin de programme prévue dans le 2ème redéploiement (le 1er trimestre 2013) est proposée par le CADR. On pourrait décaler cette période par exemple à Mai-Juin-Juillet ? Les  dépenses  telles que définies dans le 2ème redéploiement pendant cette période seront  remboursées, sur présentation de factures à la fin du trimestre. On peut estimer le montant total potentiel à environ 25 000€. Toutefois un examen détaillé par les comptables sera  à faire de façon à préciser ce montant.

L’ANATRAF s’engage à étudier cette proposition  et à rendre sa réponse dès que possible, au plus tard 26 avril.

En cas de réponse positive, le CADR s’engage à faire les démarches (éventuellement) nécessaires pour présenter cette modification à la Fondation de France (délai 15 mai), pour une signature de l’avenant 2ème quinzaine de Mai.

– ATG : Le 2ème redéploiement prévoit la poursuite des actions des ATG sous le contrôle d’AVSF.  Dans ce contexte on convient qu’il y aura cependant, sinon une réunion de concertation mensuelle à l’initiative d’AVSF entre le Directeur de l’ANATRAF et AVSF sur leurs activités, du moins une information mensuelle de la part de AVSF  au Directeur, au Coordonnateur et à la Vice-coordonnatrice de l’ANATRAF.

AVSF est chargé de faire des propositions à ce sujet

Le dernier point abordé concerne l’évaluation finale du Projet. Le CADR demande à l’ANATRAF et à AVSF de faire des propositions de noms d’experts Haïtiens. Le CADR choisira une personne parmi toutes les propositions pour la constitution d’un binôme de 2 personnes, un Haïtien et un Français. Délai 30 mai.

Annexe 2 : liste d’émargement à la réunion du 13 avril 2013

Annexe 3 : Documents de communication des deux ateliers visités à Las Cahobas

ANNEXE 4- Plan  Stratégique de développement quinquennal 2013-2018 de l’ANATRAF

Axe 1 : Capitalisation 

  • Projet 1 : Gestion national de réseau ;
  • Projet 2 : Partenariat avec les autorités locales et élus locaux ;
  • Projet 3 : Visite d’échanges ;
  • Projet 4 : Méthodes et techniques de transformation et de production de fruits ;

Axe 2 : Renforcement institutionnel et entrepreneurial

  • Projet 5 : Création d’un Centre de formation en technique de transformation de fruits ;
  • Projet 6 : Construction du Siège Sociale et du Centre d’approvisionnement et de vente de l’ANATRAF ;
  • Projet 7 : Mobilisation et renforcement de l’équipe de marketing et de commercialisation ;
  • Projet 8 : Modernisation des ateliers

Axe 3 : Marketing et commercialisation

  • Projet 9 : Etude sur la filière de la transformation de fruits en Haiti ;
  • Projet 10 : Visibilité et publicité ;
  • Projet 11 : Suivi et évaluation ;
  • Projet 12 : Activités promotionnelles ;
  • Projet 13 : Recherche et de développement de nouveaux marchés

Axe 4 : Plaidoyer et influence

  • Projet 14 : Allocation budgétaire de fonctionnement du Siège Social de l’ANATRAF issue de la loi des finances publiques ;
  • Projet 15 : Proposition de lois sur la concurrence entre  produits locaux et importés ;
  • Projet16 : Recherche de financement et des avantages fiscaux ;
  • Projet 17 : Promotion et valorisation des ventes des produits à travers les programmes de cantine scolaire et de lutte contre la famine ;
  • Projet 18 : Multiplication des industries de fabrication d’équipements pour la transformation de fruits ;
  • Projet 19 : Partenariat public-privé et le secteur de l’éducation supérieure ;
  • Projet 20 : Encadrement technique de la préparation du sol à la consommation des fruits transformés ;
  • Projet 21 : Modernisations des ateliers de transformation des fruits ;
  • Projet 22 : Réhabilitation (construction) de routes agricoles ;
  • Projet 23 : Produits des crédits appropriés à la filière de la transformation des fruits en Haiti ;

Axe 5 : Crédits

  • Projet 24 : Recherche et création d’un produit de crédit adapté à la filière de la transformation de fruits ;
  • Projet 25 : Autonomie des ateliers (locaux, fonds de roulement, appui technique) ;
  • Projet 26 : Création d’une Banque Agricole de Développement et de Crédits ;
  • Projet 27 : Plaidoyer envers les institutions de crédits ;

Axe 6 : Amélioration de la qualité et de la productivité

  • Projet 28 : Dotation des ateliers de transformation de fruits en matériels et équipements de contrôle de qualité des produits ;
  • Projet 29 : Modernisation des moyens de production ;
  • Projet 30 : Régularisation et périodicité de la production en valorisant les fruits saisonniers ;
  • Projet 31 : Respect des normes d’hygiènes ;

Axe 7 : Standardisation et labellisation

  • Projet 32 : Processus de création et de légalisation d’un label ;
  • Projet 33 : Renforcement des ateliers semblables en termes de production de fruits transformés ;
  • Projet 34 : Stratégies de durabilité (renforcement organisationnel) des ateliers de transformation ;
  • Projet 35 : Recherche de nouveaux marchés ;
  • Projet 36 : Formations continues ;
  • Projet 37 : Standardisation (gout, emballage, étiquetage, couleur, spécialisation) ;
  • Projet 38 : Réduction des couts de production ;
  • Projet 39 : Manuel de procédures de gestion et Référentiel de qualité ;
  • Projet 40 : Dossiers des ateliers.

Annexe 5 : Projet avec l’Union Européenne pour 9 ateliers du département du SUD

Annexe  6  : 2 planches de photos prises au cours de la mission.

Boutique ANATRAFboutique-bouteilles

Remise formelle à l’ANATRAF des équipements investis à l’aide de Taiwan (Ministre de l’agriculture et Ambassadeur de Taiwan) – 12 avril 2013taiwan

Jacob JEAN-FRANCOIS, Jean fritz CHERY
et Misou CHARLESTIN        12 avril 2013     comité exécutif

jacob

Echanges avec le comité exécutif del’ANATRAF

AFL (Mme Antoine)                        Lascahobas – 11-04-2013           AFUP (Mme Lafaille) AFUP-Mme LafailleAFL-Mme Antoine

 

 

 

 

Yvon Faustin

faustin